La toiture et le métier de couvreur

Contrairement aux idées reçues, il ne suffit pas de poser les tuiles les unes à côté des autres pour obtenir une toiture à la fois robuste et qualitative. Il est indispensable de se focaliser sur les nombreuses techniques existantes.

Un couvreur a de réelles perspectives puisqu’il peut se spécialiser dans une branche

Le métier de couvreur a la capacité de jouir d’une certaine évolution puisqu’il peut devenir ardoisier, tuilier ou encore zingueur. Il peut ainsi pour ce dernier cas de figure réaliser des toitures avec des matériaux divers comme le plomb, le cuivre ou le zinc qui est largement présent dans le monde du bâtiment. Il est visible sur les toitures des particuliers, mais les locaux professionnels sont généralement conçus avec ce matériau.

L’artisan couvreur doit prendre de la hauteur tout au long de la journée dans le cadre de sa profession

Certains couvreurs décident même de suivre une formation afin de se spécialiser dans les monuments comme la conception des dômes ou la couverture des clochers du côté de Bruxelles. De ce fait, ce métier est très vaste, mais il est complexe puisqu’il nécessite une très bonne résistance. Au fil de la journée, il sera judicieux de se protéger, car le couvreur travaille en hauteur et tout au long de l’année. Même lorsque les intempéries et le froid sont au rendez-vous, il est indispensable de poser les différentes tuiles choisies par le client.

Plusieurs bâtiments nécessitent l’intervention d’un tel professionnel

Un couvreur a largement des perspectives concernant son travail, il pourra rapidement opter pour le statut de chef ou de technicien de chantier notamment dans le domaine de la couverture et de la zinguerie. Si certains professionnels souhaitent se focaliser sur les maisons individuelles, d’autres se dirigent vers des bâtisses plus conséquentes comme des locaux professionnels ou des bâtiments publics. Le dispositif de sécurité à mettre en place sera différent en fonction de la situation.